Infos

CBD au volant : Peut-on conduire en consommant du CBD ?

cbd et conduite

Test salivaire et cannabidiol (CBD) ? Et est-ce que ça se voit sur les tests de drogues ?

Bien que la popularité de l’huile CBD soit en hausse en France, il existe encore des zones d’ombre et quelques incertitudes, surtout concernant les nouveaux consommateurs.

La plus fréquente est de savoir si le CBD se présente ou non à un test de dépistage de drogue. Et aussi, si vous pouvez conduire après avoir pris de l’huile CBD. Dans ce billet, nous passerons en revue ces deux facteurs et séparerons les faits des clichés pour que vous puissiez prendre des décisions éclairées sur l’huile CBD.

Mais en quoi consiste le CBD ?

Pour illustrer notre propos, il est préférable de commencer par l’essentiel. Savoir exactement ce que signifie le CBD permet de mieux appréhender ses effets s’il peut affecter vos capacités de conduite et ce que sa présence dans le corps implique pour vous.

Le sigle CBD désigne le cannabidiol. C’est un composé que l’on trouve dans les plants de cannabis tels que le chanvre ou la marijuana. La plante de cannabis contient plus de 100 cannabinoïdes différents, dont les plus populaires sont le CBD et le THC.

La législation européenne prévoit que l’huile CBD soit extraite de plants de chanvre bien spécifiques. Et qui ont un rendement élevé en CBD et un taux de THC minimal. Le CBD a des propriétés tout à fait uniques, l’une d’entre elles étant sa nature non psychoactive. Elle ne génère pas d’anxiété ni d’état d’euphorie chez le consommateur. Et ne provoque pas non plus de rougeur au niveau des yeux.

Le THC ( un parent du CBD ) est célèbre pour ces propriétés. À la différence du THC, qui s’utilise à des fins récréative; le CBD lui s’utilise pour ses bienfaits nutritionnels et médicinaux.

L’huile CBD contient-elle du THC ?

Étant donné que les deux se trouvent dans la même plante, il est logique de s’inquiéter de la présence de THC dans vos produits à base de CBD par inadvertance.

La réglementation exige que l’huile CBD contienne moins de 0,2 % de THC. Ces traces de THC sont loin d’être suffisantes pour avoir les effets de la consommation de cannabis.

Le CBD se verra-t-il dans un test de dépistage de drogues ?

Le CBD ne devrait pas se présenter à un test de dépistage de drogues. Cependant, la plupart des marques de CBD ont des produits qui représentent des quantités particulières de THC. Cela peut se voir lors d’un test de dépistage de drogue s’il y a suffisamment de THC dans les préparations.

Dans de rares cas, les personnes qui utilisent du CBD peuvent avoir un test de dépistage positif en raison de la qualité et de la nature des produits qu’elles utilisent. Pour éviter cela, vous devez apprendre à choisir les bons produits à base de CBD qui ne donneront pas de résultat positif au test de dépistage.

Quelle dose de THC peut conduire à un test de dépistage positif ?

Les tests de drogue sont conçus pour tester l’un des principaux métabolites du THC, qui est le THC-COOH. Dans la plupart des cas, il y a des valeurs limites.

Selon le type de test et le liquide testé, la valeur seuil et les plages de détection varient :

Les tests d’urine : généralement effectués sur le lieu de travail (visite médicale). Pour que le test soit positif, la concentration dans l’échantillon d’urine doit être de 50 nanogrammes par millilitre. Dans le cas de l’urine, la plage de détection varie en fonction de la concentration de la dose et de la fréquence d’utilisation. Néanmoins, les métabolites du THC sont toujours détectables entre 3 et 15 jours après leur utilisation.

Les analyses sanguines : moins fréquentes, principalement parce que le THC s’expulse rapidement grâce au flux sanguin. Le THC n’est détectable dans le plasma que pendant 5 heures au maximum, mais les métabolites peuvent être détectés jusqu’à une semaine après l’utilisation. Généralement, les contrôles sanguins s’effectuent en fonction de l’état du conducteur, par exemple lorsqu’il conduit sous emprise de stupéfiants.

Les tests de dépistage du THC dans les follicules pileux ne sont pas courants. Il n’y a pas de seuil limite établi pour ce type de test. Toutefois, le secteur privé en a fixé un à un picogramme par milligramme. Les métabolites du THC sont détectables en forte concentration pendant 90 jours au maximum.

Ainsi, il n’existe pas de test de dépistage du CBD. C’est pourquoi le CBD ne se détecte pas par un test de dépistage de drogue. Le seul risque est de prendre du CBD contaminé contenant plus que les quantités acceptables de THC. Ce qui entraînerait une drogue positive pour le THC mais pas pour le CBD.

Puis-je conduire après avoir pris du CBD ?

Étant donné que le CBD n’est pas illégal et qu’il ne fait pas planer, vous devez vous demander s’il est sûr, voire légal, de conduire après avoir pris du CBD. C’est une préoccupation pour de nombreux autres conducteurs qui se trouvent être également des amateurs de CBD.

Certaines personnes se sentent somnolentes lorsqu’elles prennent du CBD à forte dose ou ont des maux de tête. Si vous ressentez ces effets, vous devriez envisager de revoir votre dose à la baisse. Sinon, vous devriez éviter de prendre du CBD avant de conduire.

Bon nombre d’huiles CBD ont une faible teneur en THC, et de nombreux pays européens tolèrent légalement des quantités infimes de ce cannabinoïde, entre 0,2 et 0,6 %. Ces quantités sont si faibles qu’elles ne peuvent pas produire d’effets intoxicants, à moins de consommer l’huile en grande quantité.

Sans parler des effets psychoactifs, les quantités infimes de THC contenues dans de nombreux produits du CBD peuvent encore présenter des risques pour les conducteurs qui pourraient être condamnés pour conduite sous emprise de substances illicites.

De nombreux pays ont une politique de tolérance zéro en ce qui concerne les taux de THC dans le sang. Si vous êtes soupçonné de conduite avec des capacités réduites aux États-Unis, dans certains pays d’Europe; la police peut vous arrêter et vous faire passer un test salivaire. En Grande-Bretagne, par exemple, un taux de THC de 2 µg / L (microgrammes) est le seuil de tolérance. Cela peut entraîner des amendes ou la suspension de votre permis de conduire si le taux est supérieur à ce seuil. Des taux aussi faibles pourraient même être perçus comme une « exposition accidentelle ». Ces tests permettent de détecter la consommation de cannabinoïdes jusqu’à 10 heures après une exposition à ceux-ci.

Pour conclure

En fin de compte, le CBD est rarement considéré comme psychoactif, car il ne provoque pas d’intoxication. Il n’a pas d’impact sur la capacité d’une personne à vaquer à ses occupations quotidiennes normalement. En fonction des doses et des effets individuels, il paraît probable que le CBD peut être consommé sans danger avant de conduire.

Cependant, le cannabis fait l’objet de nombreux débats et de controverses depuis un certain temps. En raison de la sévérité des lois, de minuscules traces de THC dans notre organisme peuvent entraîner des problèmes juridiques pour la prise de volant dans certains pays. Étant donné que de nombreux produits issus du CBD à faible teneur en THC présentent de faibles doses, il vous incombera de décider si leur usage en vaut la peine ou non pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *